De nouveaux milieux naturels protégés sur les îles et les rives du St-Laurent

0

2298750154_c047c63cf0_z

Conservation de la nature Canada (CNC) est fier d’annoncer la protection de 3 sites naturels de plus sur les rives et les îles du fleuve Saint-Laurent grâce à de généreux donateurs. Ces 21 ha s’ajoutent aux 3 000 ha de milieux naturels insulaires et riverains déjà conservés par CNC. Les propriétés sont situées à proximité d’aires protégées par CNC et constituent des habitats naturels exceptionnels. 

Le fleuve Saint-Laurent est la principale source d’eau potable de la province et une voie de navigation commerciale de premier plan. CNC souhaite souligner l’importance de protéger les îles et rives du fleuve, tout en permettant au public de les découvrir. Des fonds supplémentaires sont nécessaires afin de poursuivre la conservation de ces écosystèmes d’exception, d’en offrir l’accès au public lorsque possible et d’accroitre le nombre de sites protégés.

3 nouvelles propriétés protégées sur le Saint-Laurent
  • Pointe Ouest de l’île de Grâce, des habitats fauniques abritant des espèces en péril

Une propriété riveraine au fleuve de 250 m de long et de 30 m de large à Sainte-Anne-de-Sorel vient consolider l’aire protégée de l’Île de Grâce, située dans l’archipel du Lac-Saint-Pierre. Généreusement donné par feu Jeanne d’Arc Thibault, le site présente un intérêt pour la sauvegarde du chevalier cuivré, une espèce endémique au Québec et officiellement en voie de disparition selon la Loi sur les espèces en péril (LEP).

La rive sablonneuse de la propriété est un lieu propice à la nidification de la tortue géographique, une espèce vulnérable selon la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au Québec (LEMV). La propriété constitue une zone tampon importante entre le milieu aquatique et la prairie herbacée, permettant ainsi de contrer l’érosion naturelle et artificielle des rives.

  • Marécage de Grondines, un écosystème singulier

Le marécage de Grondines, s’étendant sur 7 km de rive, est un des derniers marécages de grande étendue en bordure du fleuve. S’ajoutant à 30 ha déjà protégés par CNC à proximité, les nouveaux 6,5 ha à Deschambault-Grondines, sont composés d’une vaste forêt riveraine et d’une zone intertidale, dont une portion est désignée comme Aire de concentration d’oiseaux aquatiques.

D’abondantes colonies de cicutaire de Victorin et d’ériocaulon de Parker, deux plantes exclusives à l’estuaire du Saint-Laurent, et désignées menacées selon la selon la LEMV s’y trouvent. CNC participe à la préservation de ce milieu exceptionnel depuis 2008 et y réalise présentement un projet de restauration et de mise en valeur.

  • Pointe Argentenay, un site naturel d’une richesse inestimable

La pointe Argentenay est un joyau de notre patrimoine naturel, elle offre une vue imprenable sur le fleuve, ses îles et le contrefort laurentien. Composée d’un écosystème forestier exceptionnel d’une grande rareté, la propriété de 14,5 ha se situe à Saint-François-de-l’Île-d’Orléans, à l’extrémité est de l’île d’Orléans, sur la Pointe Argentenay.

Les battures herbacées adjacentes dans le fleuve offrent une halte migratoire importante pour la sauvagine migratrice. La flore qui y est présente est riche et diversifiée. Dans les battures se trouve la gentiane de Victorin, une espèce menacée selon la LEP, ainsi que deux espèces désignées menacées selon la LEMV: la cicutaire de Victorin et l’ériocaulon de Parker. Le noyer cendré, un arbre en voie de disparition selon la LEP est présent dans la forêt.

Un colosse aux pieds d’argile

Le fleuve Saint-Laurent compte plusieurs milliers d’espèces, dont la plus grande de la planète : le grand rorqual bleu. De la trépidante île de Montréal aux paisibles Îles-de-la-Madeleine se trouve un monde unique qui regroupe d’innombrables écosystèmes, dont certains sont menacés. 80 % de la population du Québec vit sur ses rives et celles des nombreux cours d’eau qui l’alimentent. Ses baies, marais, chenaux, sont ses poumons et ont plus que jamais besoin de protection.

La conservation en action

« Depuis plus d’un demi-siècle, Conservation de la nature Canada, avec l’appui de partenaires, protège des sites exceptionnels qui abritent une faune et une flore précieuses. Plus de 3 000 ha de milieux naturels insulaires et riverains sont conservés, dont 1 000 ha sur une vingtaine d’îles. Chaque parcelle de terre protégée est une victoire pour CNC et pour ceux et celles qui, par leurs dons, contribuent à son travail. », indique Joël Bonin, directeur de la philanthropie et des grands projets à Conservation de la nature Canada au Québec.

Contribuez à la conservation de milieux naturels insulaires et riverains du fleuve !

Au cours des prochaines années, CNC souhaite accélérer ses efforts, par l’entremise de nouvelles acquisitions et d’activités de sensibilisation, d’intendance et de mise en valeur, car beaucoup d’îles et de rives demeurent menacées.

Les dons à CNC serviront protéger les îles et les zones riveraines d’un bout à l’autre du fleuve, tout en les rendant accessibles au public en investissant sur des infrastructures d’accueil.

 

Source : Conservation de la Nature Canada

Partager.