Les algues, une manne providentielle

0
© Thinkstock

© Thinkstock

Karine Jehelmann pour GaïaPresse

Une bière aux algues pour agrémenter un burger aux algues accompagné de ketchup toujours aux algues, de la « junk food» saine, c’est possible. En tout cas, la bière existe déjà. Une microbrasserie du Nouveau Brunswick créée par des chercheurs augure des beaux jours à l’algue et ce, sous toutes ses formes.

Déjà présente dans la gastronomie asiatique et chez les peuples en bordure de littoral, l’algue est aussi une espèce proliférante, parfois gênante, entrainant un étouffement de la faune et la flore avoisinante, à l’odeur nauséabonde sous forte chaleur. C’est également une pièce essentielle des cosmétiques industrielles et traditionnelles. Finalement l’algue fait partie de notre quotidien. Tellement présente, que les idées fusent quant à sa transformation.

Un ingénieur de Saint-Malo en France en fait du plastique. Un matériau révolutionnaire, l’algopack sans pétrole et biodégradable. Le verdict est éloquent. Un bouchon en plastique classique enterré dans la terre devrait disparaître en dix siècles. Un bouchon en plastique d’algue, seulement une semaine !

Photo : Ouest-France

Photo : Ouest-France

Tellement éloquent que le gouvernement américain a lancé en 2014 un plan d’investissement public de 13 millions de dollars canadiens, et en France, le collectif Green Stars , regroupant une cinquantaine d’industriels et instituts de recherche a été doté de 8 millions de dollars canadiens sur trois ans. Un pari donc qui offre de beaux jours au recyclage des algues proliférantes.

Opération recyclage

Que ce soit au Québec avec l’algue bleue-verte qui envahit souvent la Montérégie, notamment dans la baie du Missiquoi, ou encore les sargasses qui mènent la vie dure aux Antilles françaises ces dernières années, en s’installant sur de longues périodes sur les plages de sable chaud, repoussant touristes et riverains, asphyxiant les poissons, polluant l’atmosphère d’une odeur toxique à l’homme, les citoyens et les chercheurs se lancent dans des opérations de recyclage quasi intarissables.

En Martinique, pour faire face à cette manne finalement providentielle, les algues sont, entre autres, offertes aux exploitants qui le souhaitent pour être utilisées comme engrais, insecticide ou encore comme des fongicides naturels. Un coup de pouce pour l’agriculture biologique.

Des chercheurs se penchent également sur la transformation en biocarburant. En effet dès 2012, des scientifiques américains ont réussi à convertir les principaux sucres des algues brunes en éthanol. Résultat : les algues seraient cinq fois plus performantes que la canne à sucre ou le maïs également utilisés comme biocarburants.

Combustible, biocarburant et bacon

Autre utilisation, en Argentine. pour absorber le dioxyde de carbone produit par la fabrication de ciment , les chercheurs de l’université de Cuyo ont décidé de cultiver les micros algues qui serviront de combustibles. La construction du ciment dont nous sommes pour l’heure dépendante, représente 5% de l’ensemble des émissions mondiales générées par l’homme. Pour l’heure le projet est encore à l’étude mais la piste semble prometteuse.

Toujours en Argentine, la première usine de biocarburant a ouvert en 2010. Idée : produire du biodiesel avec des algues au lieu du soja. Le soja était jusqu’alors utilisé pour manger, de nombreuses terres sont déjà réquisitionnées pour sa culture. Les algues sont une bonne alternative car leur culture ne nécessite pas l’appel de terres supplémentaires. A noter le pays est le premier pays exportateur mondial de biocarburant.

une-algue-rouge-pour-lutter-contre-les-allergies-alimentaires

En tout cas pour les gourmands, il paraît que la Dulse, une algue nutritive, aurait le goût de bacon et une valeur nutritive deux fois plus élevée que celle du chou frisé. Cette algue est présente dans les océans Atlantique et Pacifique. Le prix est encore élevé 90 dollars canadiens la livre quand elle est séchée. Bref, les insectes ne sont pas notre seule option dans le futur pour nous nourrir, un peu de végétation ne nous fera pas de mal. Bon appétit!

Etes vous prêt à vous nourrir d’algues transformées à la place d’une bonne omelette au bacon ?

Pour en savoir plus :
  • http://www.acadianseaplants.com/fr/about
  • http://www.caradisiac.com/Du-biocarburant-sera-produit-a-partir-d-algues-au-Canada-57447.htm
Partager.