Détonations sismiques à Clyde River : en attente du jugement de la Cour Suprême du Canada

0

1024px-Clyde_River_Community_1997-08-07

Mercredi prochain, la Cour suprême du Canada annoncera son jugement dans l’affaire judiciaire qui oppose le Hameau de Clyde River et autre c. Petroleum Geo-Services Inc. (PGS) et autres (C.F.) selon lequel elle pourrait autoriser ou bloquer le projet très controversé de prospection pétrolière dans l’Arctique, auquel s’oppose le peuple Inuit. Cette décision marquera un tournant dans l’Histoire du pays.

“Nous avons lutté pendant trois ans pour qu’on nous écoute,” dit Jerry Natanine, le vigoureux ancien maire de Clyde River à la tête du procès d’appel et leader de la communauté. “Nous attendons donc cette décision attentivement. Ma communauté fait face à cette menace des détonations sismiques depuis des années. Le danger est imminent quant à la sécurité alimentaire de nos enfants et l’équilibre de l’écosystème arctique, et notre mode de vie en dépend”.

Canons à air comprimé

La prospection pétrolière implique l’utilisation des canons à air comprimé pour produire des ondes d’explosion. Ces détonations sismiques permettent de localiser les gisements de pétrole dans les fonds marins. Or ces essais sismiques mettent en péril l’écosystème marin, risquent d’assourdir voire tuer les espèces marines, qui constituent traditionnellement la source d’alimentation principale de la communauté.

C’est pourquoi Clyde River avait demandé à la Cour suprême du Canada d’annuler un projet de cinq ans de détonations sismiques, préalablement approuvé par l’Office National de l’Énergie y réclamant l’obligation de consultation des peuples autochtones; un devoir que le gouvernement a omis de remplir.

Consentement libre, préalable et éclairé

“Plus que jamais, il est temps que les Inuits soient des partenaires à part entière dans les décisions qui touchent nos terres et nos eaux. Nos voix doivent déterminer l’avenir économique de notre peuple, un avenir qui se doit d’être en harmonie avec notre mode de vie. Le droit des Inuits au consentement libre, préalable et éclairé est primordial, et non les caprices des compagnies pétrolières. Voilà la justice que nous espérons que la Cour suprême saura adjuger la semaine prochaine.” ajoute Natanine.

Le jugement dans l’affaire de Clyde River sera rendu en même temps que celui de l’affaire de la Première Nation des Chippewas de la Thames c. Enbridge Pipelines Inc. et. Autres (C.F):

« Les deux procès de la communauté de Clyde River et de la Première Nation des Chippewas de la Thames sont au cœur du dilemme auquel se heurte le gouvernement fédéral du Canada par son désir de faire avancer tant la réconciliation que les projets pétroliers controversés à travers des réserves autochtones. La décision de la Cour aura un impact phénoménal sur les projets énergétiques majeurs du pays », a déclaré Nader Hasan, conseiller juridique de Clyde River.

Le jugement de la Cour survient après sept mois de délibération. Si la Cour se prononce en faveur de Clyde River, elle annulerait le projet de prospection pétrolière et ainsi les détonations sismiques, en plus de solidifier et de démontrer l’importance du respect des droits des peuples autochtones. Il faut noter qu’une décision en faveur de Clyde River transformerait désormais le processus d’évaluation des projets de développements dans le secteur de l’énergie.

Source : Greenpeace Canada

Partager.

Répondre