Rentrée scolaire zéro déchet : mission possible !

0

Par Nathalie Côté 

Dénicher tous les articles de la liste de matériel scolaire de votre enfant sans pour autant remplir la poubelle d’emballages en tout genre? Étudier pour assurer son avenir sans compromettre celui de la planète? C’est possible!

Cindy Trottier, blogueuse à Tendance radis, et Julie Gagné, blogueuse à Le blog de Jule, écolo imparfaite, ont accepté de partager leurs meilleurs trucs pour une rentrée scolaire zéro déchet.

Première étape : Mme Trottier regarde ce qu’elle possède déjà, évidemment. Ensuite, elle voit s’il est possible de faire des échanges avec des proches. « Après, je vais voir à la friperie et dans les bazars, explique-t-elle. On a tendance à penser qu’il n’y a pas grand-chose, mais on en trouve énormément. Il y a beaucoup de sacs à dos, de boîte à lunch et de coffres à crayons, mais j’ai aussi trouvé des règles, des séparateurs, des cahiers Canada et des cartables. »

Mme Trottier n’hésite pas à prendre quelques libertés avec la liste de sa fille aujourd’hui en deuxième année. « Si on me demande un cartable d’un pouce noir et que j’en ai un vert à la maison, je vais prendre le vert, illustre-t-elle. À la limite, si le problème c’est la couleur, je vais mettre un autocollant de la bonne couleur dessus. »

Au terme de l’exercice, Mme Trottier achète neufs les rares items manquants. Les produits écologiques peuvent alors être une option intéressante. « Il faut s’informer parce que le produit peut porter la mention écologique, mais avoir été fabriqué en Chine, constate-t-elle. Donc ce n’est pas vraiment avantageux. Il est possible de trouver des cahiers écologiques québécois faits de matières recyclées et la différence de prix est d’environ 0,15 $ par rapport au cahier traditionnel. »

Dans la quête de produits écolos, la mère de famille souligne qu’il est généralement plus facile d’avoir de l’aide dans les librairies. « De plus, contrairement aux grandes surfaces, il est possible d’acheter un crayon de couleur à l’unité s’il n’en manque qu’un, note Mme Trottier. Le problème, c’est qu’il va souvent coûter sensiblement le même prix que la boîte de 24 en spécial durant la rentrée. » Pour contourner ce problème, elle a donc acheté une grosse boîte de crayons avec plusieurs teintes d’une même couleur. Elle peut donc remplacer les couleurs manquantes à même cette boîte.

Les étudiants

Plus les jeunes vieillissent, plus ils ont de liberté pour organiser leur matériel, évidemment. De retour aux études l’an dernier, Mme Gagné a choisi la prise de notes numérique pour réduire au maximum l’utilisation de papier. « Je trouve que ça facilite le classement de mes notes et je me suis débarrassée de l’angoisse d’attraper le mauvais cahier en préparant mon sac, témoigne-t-elle. Dans mon cas, la grande majorité de mes professeurs donnaient uniquement leur plan de cours et leur recueil de notes en version numérique à imprimer au besoin, ce que j’ai évité de faire. » Cette façon de faire a aussi l’avantage d’éviter l’utilisation de stylos et de surligneurs, des produits difficiles à recycler.

Quant aux livres, elle privilégie l’achat de seconde main. Cela lui permet de redonner une deuxième vie à du matériel encore bon et c’est aussi plus économique!

Boîte à lunch écolo

Évidemment, les aliments emballés et les articles jetables sont bannis de la boîte à lunch. Toutes sortes de contenants et ustensiles réutilisables peuvent facilement les remplacer.

« Lorsque je dois apporter un lunch, il est fait d’aliments majoritairement achetés en vrac et tout est emballé dans des contenants hermétiques, explique Mme Gagné. J’ai toujours une fourchette et une cuillère de voyage, une serviette de table en tissu et ma bouteille réutilisable en inox dans mon sac à dos pour les sorties improvisées ou encore pour les matins où j’oublie de les glisser dans ma boîte à lunch. »

« Ma fille sait que tout ce qui est dans sa boîte à lunch est non jetable et qu’elle doit le rapporter, même son cœur de pomme », indique de son côté Mme Trottier.

Comment choisir ses contenants et ustensiles réutilisables?

Lire la suite

Source : Économies et cie

Partager.

Répondre