Des ambassadeurs qui passent à l’action!

0

Les Ambassadeurs du climat. Crédits: Sophie Benoît

Si les villes sont aux avant-postes dans la guerre aux émissions de gaz à effet de serre (GES), leurs soldats, de vaillants citoyens, vont au front. Décorés du titre d’Ambassadeurs du Climat, des milliers d’entre eux passent déjà à l’action pour faire avancer les discussions et proposer des solutions aux changements climatiques.

Reality Project, qui souhaite motiver les citoyens canadiens en leur donnant accès à de la formation sur les changements climatiques. Sa mission : faire en sorte que chaque citoyen puisse développer ses connaissances et son sens critique afin de faire des choix éclairés sur les politiques liées aux changements climatiques. Il pourra ainsi entraîner dans son sillon sa famille, son entourage, ses collègues et ses amis, autant de micro-cellules militaires pour le combat à mener.

Une armée d’ambassadeurs

Cette force, c’est celle de tout un réseau composé de 13 000 bénévoles répartis dans plus de 120 pays dans le monde. Des hommes et des femmes qui s’engagent à sensibiliser les acteurs politiques à la cause climatique, avec une détermination qui semble contagieuse.

Ces bénévoles portent un nom : Ambassadeurs du Climat. Ils ont été formés par l’ancien vice-président américain Al Gore qui milite depuis des années pour réveiller les consciences.

L’ancien vice – président américain Al Gore. Crédits: Kasey Baker

Au Québec, ils sont 86 à porter ainsi l’action climatique à bout de bras, que ce soit dans leur vie professionnelle ou à l’extérieur du travail, en offrant notamment des conférences dans tous les milieux. Jusqu’ici, plus de 620 000 Canadiens ont participé à une présentation des Ambassadeurs du Climat.

Parmi les 3 608 gouvernements locaux au Canada, 4,2 % ont fixé un objectif de réduction de GES, alors que 0,08 % se sont engagés à atteindre 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2050.

La Ville de Montréal s’est pour sa part engagée à réduire de 80 % ses émissions de GES d’ici 2050.

Réalité Climatique Canada a lancé en septembre dernier une initiative rassembleuse : le Carrefour Climatique Communautaire. Véritable point de rencontre d’idées, le Carrefour rassemble les citoyens qui sont invités à s’organiser en mouvements collectifs locaux afin de responsabiliser leurs municipalités quant à l’urgence d’agir dans la lutte contre les changements climatiques.

« Les actions au niveau municipal sont essentielles dans la lutte contre les changements climatiques. Il est temps que les villes canadiennes passent au niveau supérieur. Il faut faire de la réduction des gaz à effet de serre un projet de communauté [auquel]tous peuvent contribuer à leur façon », affirmait au lancement du projet Audrey Dépault, directrice nationale de l’organisme.

Le Carrefour Climatique Communautaire souhaite jeter les bases pour influencer les municipalités et les pousser à adopter des mesures concrètes en matière de réduction d’émissions de GES, notamment en incitant les villes à accélérer la transition énergétique.

Concrètement, les citoyens peuvent demander de faire un inventaire des GES sur une base annuelle, élaborer un plan climatique plus audacieux ou encore réduire de façon plus significative les déchets. Matthew Chapman, coordinateur des campagnes du Carrefour

Une plateforme comme arme

Le travail fait au sein du Carrefour Climatique Communautaire doit servir à influencer d’autres municipalités en mettant en lumière les succès et les bonnes pratiques. Pour l’instant, Réalité Climatique Canada soutient huit carrefours dans la province qui se trouvent à Montréal, Saint-Lambert, Québec, Longueuil et Gatineau.

Le Carrefour Climatique Communautaire est aussi une précieuse ressource pour prendre le pouls sur l’action en changements climatiques et passer à l’action. À même le site, le citoyen peut constituer un carrefour climatique dans sa ville, fouiller une carte interactive sur les initiatives climatiques – on compte 1200 initiatives dans 563 villes ‒, s’inspirer de modèles avec des vidéos d’ici et d’ailleurs ou s’informer à l’aide de webinaires.

Bien rempli, ce coffre à outils numérique offre de nombreuses options pour développer ses connaissances dans la lutte aux changements climatiques, première étape d’un effort beaucoup plus large. Une guerre à finir dans laquelle les Carrefours Climatiques Communautaires et autres Ambassadeurs du Climat sont autant de chevaliers prêts au combat.

Source: un.cinq. Auteur: Sophie Benoît

Partager.

Répondre