Pour soigner son budget et la planète, les 5 secrets de la « méthode Licorne »

0

Les membres se surnomment les licornes, en référence à la bannière du groupe sur laquelle figure l’animal mythique (Crédits : Emre Ayaroglu/ flickr)

Allier économies, minimalisme et écologie. C’est le crédo d’un groupe Facebook qui fait de plus en plus d’émules. Ses fondatrices sortent un livre, qui propose des conseils pratiques pour devenir un consomm’acteur.

Faire des économies, mais pas à n’importe quel prix ! C’est le leitmotiv du groupe « gestion budgétaire, entraide et minimalisme », qui suscite l’enthousiasme sur Facebook. Ses membres, qui se surnomment « les Licornes »  – en référence à la bannière du groupe sur laquelle figure l’animal mythique –, sont aujourd’hui plus de 50 000. Des femmes avec enfants pour la plupart, qui partagent conseils et astuces écologiques et se lancent chaque mois des défis pour faire des économies sans porter préjudice à la planète et à ses habitants.

Fondé en 2015 par Marie Lefèvre et Herveline Verbeken, ce groupe d’entraide est orienté vers l’écologie, le minimalisme et l’éthique. Le pilier de cette communauté ?  La bienveillance. La question essentielle, selon ses fondatrices, est de savoir si « la liberté moderne de consommer » peut s’exprimer « au détriment de la santé de la vie d’autres êtres vivants, même inconnus ».

« Nous avons vu des personnes modifier complètement leur manière de consommer en quelques mois », s’émerveillent Marie Lefèvre et Herveline Verbeken dans leur livre « J’arrête de surconsommer », qui vient de sortir aux éditions Eyrolles. Un programme progressif qui s’adresse essentiellement aux mères pour adopter un mode de vie minimaliste et éthique. We Demain a décortiqué la « méthode Licorne ». En voici les cinq étapes clés.

Etablir un budget

L’élaboration d’un budget est un point essentiel de la démarche des Licornes.

« Souvent, les gens souhaitent trouver des astuces pour consommer plus en dépensant moins », expliquent les auteures. Au contraire, la gestion budgétaire qu’elles préconisent vise une consommation de qualité, loin des promotions « trois pour le prix de deux » et autres « bons plans habituels ». 

Pour ce faire, il convient d’évaluer toutes ses dépenses, postes par postes, de les anticiper, de les lisser sur l’année, et enfin de les équilibrer en fonction de ses recettes. Herveline Verbeken propose sur son blog (« Sortez de vos conaps »), un tableau Excel pour suivre son budget.

Opération « Zéro Déchêt et Zéro Gaspillage »

Autre objectif important pour Marie Lefèvre et Herveline Verbeken : réduire sa production de déchets et son gaspillage.

Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’Énergie), la production moyenne de déchets ménagers s’élève en France à 458 kilos par an et par habitant. 85 % de ces déchets  finissent dans des décharges ou sont incinérés.

Un exemple de fiche pour établir ses menus (Crédit :sortez de vos conaps)

Un exemple de fiche pour établir ses menus (Crédits :sortez de vos conaps)

L’idée ? Remplacer les objets jetables de la vie quotidienne par leurs équivalents durables. Exemple : remplacer le papier sulfurisé par une feuille de chou, le film étirable par du coton ciré, les pailles par des pailles en inox… Mais aussi composter ses déchets organiques.

La réduction de ses déchets, expliquent-elles, passe également par la gestion de ses stocks et l’élaboration de listes de courses et de menus — à la semaine, à la quinzaine ou encore au mois —, car ils permettent d’éviter le gaspillage, de faire des économies et de se simplifier la vie.

« À une condition seulement, précisent-elles, ne pas perdre de vue que faire ses menus, ce n’est pas faire mieux, plus varié ou plus beau, c’est simplement réfléchir à ce que l’on va manger afin de ne pas acheter tout et n’importe quoi le jour de ses courses ».

Dans ma culotte est une marque made in France de protections périodiques écologiques et réutilisables (Crédit : Dans ma culotte)

Dans ma culotte est une marque made in France de protections périodiques écologiques et réutilisables (Crédits : Dans ma culotte)

Pour diminuer sa production de déchets, il est aussi nécessaire de remplacer les produits d’hygiène, les cosmétiques et les nettoyants ménagers par des solutions plus vertes. 
On peut ainsi utiliser du vinaigre et du bicarbonate de soude pour pour fabriquer un nettoyant multiusage, se servir de savon de Marseille pour faire la vaisselle, d’huile de coco dans ses soins de beauté..

Et pour lutter contre la forte progression des textiles sanitaires (telles que les lingettes ou encore les couches) dans nos poubelles, elles proposent de passer aux serviettes hygiéniques lavables ou à la coupe menstruelle. 

Selon les deux auteures, ces changements peuvent avoir un effet positif sur la santé, puisque ce sont « moins de molécules non identifiées », contenues dans les emballages, que l’on ingère, que l’on respire ou que l’on s’applique sur la peau.

Source: We Demain. Auteur: Julie Jeunejean
Partager.

Répondre