Le Conseil régional de l’environnement de Laval pose dix questions à la ville

0

CS_de_Laval_5

Il est de notre responsabilité, en tant que citoyen, collectivité et surtout comme partie prenante, d’agir avec diligence et être proactif. C’est la raison pour laquelle le CRE de Laval se préoccupe de l’aménagement du territoire et souhaite obtenir des résultats significatifs. Le CRE de Laval donne son avis et pose dix questions à la Ville à propos du le Premier projet de schéma d’aménagement et de développement révisé de la Ville de Laval (S.A.D.R.-1).

Plus de 425 000 personnes vivent à Laval. Au cours des cinquante dernières années, l’aménagement du territoire et l’étalement urbain ont exercé de façon graduelle et irréversible une pression sur les milieux naturels de Laval. La Ville présente aujourd’hui un cadre bâti de faible densité, des distances à parcourir très grandes entre les résidences et les lieux communs (travail, commerces, services), une demande sans cesse croissante en matière d’énergie et un aménagement urbain privilégiant l’auto solo. Ce mode de développement se fait au détriment de l’environnement, de la santé, des écosystèmes, de la biodiversité, de l’agriculture et de l’économie.

Nouveaux enjeux environnantentaux

La réflexion sur le SADR-1 doit maintenant tenir compte de nouveaux enjeux environnementaux qui sont : la conservation des écosystèmes et de la biodiversité, le maintien du territoire agricole, l’accès à une eau de qualité et en quantité suffisante, l’amélioration de la qualité de l’air, une meilleure et saine gestion de nos matières résiduelles, le développement des transports collectifs et actifs, les changements climatiques (épisodes de smog plus fréquents, sécheresse et étiages plus sévères, précipitations plus abondantes, périodes de canicule de plus en plus longues, conditions hivernales moins froides) et l’apparition d’îlots de chaleur combinée aux effets néfastes que tout cela a sur la santé (diabète, obésité, maladie cardio-respiratoire, accidents de la route, allergie, etc.).

Dix questions à propos du schéma d’aménagement et de développement de Laval

Le CRE de Laval donne l’occasion à la Ville d’indiquer comment elle se distingue de l’administration précédente en lui posant 10 questions liées au projet de Schéma d’aménagement et de développement de Laval.

1. Est-ce que la Ville de Laval s’engage dans le Schéma d’aménagement et de développement révisé (SADR) à respecter la capacité de support des écosystèmes en empêchant notamment les développements résidentiel, industriel et commercial dans les milieux naturels sensibles et en proposant des mesures concrètes dans ce sens dans son plan d’urbanisme et ses règlements?

Les milieux naturels

2. Est-ce que la Ville de Laval s’engage :

  • À conserver 100 % des rivières et des ruisseaux encore existants et leurs bandes riveraines? Et redonner aux cours d’eau et milieux humides perturbés leurs fonctions premières?
  • À conserver au minimum 17 % du territoire de Laval en milieu naturel?
  •  À tendre vers 30 % du territoire en couvert forestier?
  • À protéger tous ses boisés urbains?
  • À empêcher tout empiètement ou développement dans les milieux humides?

3. Est-ce que la Ville de Laval s’engage à éliminer les surverses et à proposer des solutions novatrices qui utiliseront les services écologiques ?

Les transports

4. Est-ce que la Ville de Laval s’engage :

  • À convertir complètement à l’électricité sa propre flotte de véhicules?
  • À convertir complètement à l’électricité la flotte de la STL?
  • À exiger de ses principaux fournisseurs qu’ils se dotent de véhicules électriques?

5. Quels sont les engagements de la Ville en ce qui a trait :

  •  À la longueur et à l’emplacement des pistes piétonnes et cyclables?
  • À la longueur et à l’emplacement des voies réservées?

6. La Ville entend-elle diminuer la largeur des rues pour diminuer le captage d’eau pluviale, favoriser la plantation d’arbres, diminuer les îlots de chaleur et la pollution atmosphérique, donner davantage de place aux piétons, diminuer la vitesse des véhicules et les accidents?

7. Sachant que le train est le mode transport présent au coeur des TOD Sainte-Rose et Vimont utilise du carburant fossile et que ce mode de transport, outre la pollution atmosphérique, engendre des problèmes de bruit, de vibrations, de sécurité (transport de matières dangereuses) et de mobilité (les longs convois de marchandises font obstacle aux déplacements dans l’axe est-ouest).

Les écocentres et l’économie circulaire

8. La Ville prévoit-elle mettre en place des écocentres dans un avenir rapproché afin d’augmenter le taux de récupération anémique à Laval? Combien d’écocentres la Ville entend-elle aménager sur son territoire pour répondre aux besoins de la population?

9. Est-ce que la Ville de Laval entend proposer une approche basée sur l’économie circulaire combinant la mise en commun des ressources écologiques et économiques au coeur des différents quartiers?

Le suivi du schéma d’aménagement et de développement révisé

10. Est-ce que la Ville de Laval :

  • Identifiera, en collaboration avec les organismes compétents et intéressés, des indicateurs environnementaux, économiques et sociaux permettant de mesurer l’évolution de la qualité de l’environnement de Laval et la qualité de vie des Lavallois qui seront directement affectés par la mise en oeuvre du SADR?
  • Confiera à des tiers le mandat, la mise à jour et le suivi régulier de ces indicateurs?
  • Fournira régulièrement un tableau de bord montrant l’évolution de ces indicateurs en fonction des objectifs identifiés [visés] par le SADR?
  • Modifiera son plan d’urbanisme et ses règlements si les indicateurs montrent que les objectifs en matière d’environnement et de qualité de vie ne sont pas atteints? Considérant que la révision du schéma doit se faire tous les cinq [5] ans.

Le CRE souhaite que la Ville de Laval profite de l’occasion pour s’engager à éviter l’étalement urbain, à conserve les milieux naturels et à les intégrer au coeur de la planification et de l’aménagement du territoire. Il recommande que l’aménagement du territoire soit plus favorable aux transports collectif et actif en densifiant notamment l’occupation du territoire autour des points d’accès et aux abords du réseau de transport en commun. Les anciens quartiers doivent être maintenus ou réaménagés, alors que les nouveaux quartiers doivent être aménagés à l’échelle  humaine. Le CRE de Laval recommande de conserver les terres agricoles, de promouvoir et de valoriser l’agriculture locale. Pour mesurer les impacts du schéma d’aménagement sur la qualité de l’environnement et devenir un modèle de ville en santé, le CRE souhaite que la Ville de Laval se fixe, mesure et respecte des seuils élevés de qualité de l’air, de l’eau et du sol.

Mais avant tout, il est primordial que la Ville Urbaine de nature revoit la façon d’aménager le territoire, qu’elle ose le changement et qu’elle s’engage à adopter un modèle d’aménagement du territoire qui respecte la capacité de support des écosystèmes !

Source : CRE-Laval

Partager.