L’implication grandissante des communautés autochtones dans les projets d’énergie renouvelable

0

Des membres de la Première Nation Lubicon Lake, en Alberta, aident à l’installation d’un panneau solaire. Photo : Melina Laboucan-Massimo / Greenpeace

 Un nombre croissant de communautés autochtones deviennent partenaires de projets d’énergie renouvelable au Canada, permettant ainsi la création de milliers d’emplois.

Près d’un cinquième de la production énergétique du pays proviendrait d’installations partiellement ou entièrement détenues et gérées par des communautés autochtones. C’est le résultat d’une étude menée par la société Lumos Energy, qui conseille les communautés autochtones sur les énergies renouvelables.

Les Autochtones participent à 152 projets d’énergie hydraulique, éolienne et solaire, à moyenne et grande échelles. Un grand nombre de ces projets ont été montés au cours de la dernière décennie.

L’auteur du rapport, Chris Henderson, affirme que la véritable surprise, pour lui, a été de constater la quantité d’emplois créés par l’énergie propre : 15 300 emplois directs pour les travailleurs autochtones, qui ont gagné 842 millions de dollars au cours des huit dernières années.

Toutefois, l’emploi direct actuel est plus modeste, car l’énergie renouvelable ne requiert pas une main-d’œuvre importante. Près de 330 Autochtones travaillent à faire fonctionner ces projets.

« Le nombre d’emplois créés reflète la façon dont notre pays change et comment les peuples autochtones font partie d’un avenir énergétique propre. » affirme Chris Henderson, auteur du rapport.

Chacun des 152 projets de moyenne et grande tailles génère de l’électricité pour au moins 400 à 500 foyers. Quelque 1200 autres petits projets ont été menés avec une participation autochtone et génèrent de l’électricité pour les communautés locales.

Ces projets sont majoritairement hydroélectriques (63 %), puis éoliens (24 %). Les autres utilisent l’énergie solaire et la biomasse.

Chris Henderson a voulu créer ce tout premier portrait global à l’échelle nationale de cette industrie en pleine croissance, parce qu’il voulait démontrer que « les communautés autochtones sont des partenaires de la nouvelle économie du Canada », en l’occurrence, l’économie des énergies renouvelables.

La compagnie prévoit que 50 à 60 nouveaux projets d’énergie renouvelable auxquels auront participé des Autochtones seront mis en service au cours des cinq à six prochaines années.

L’exemple de la centrale hydroélectrique Gitchi Animki

À White River, en Ontario, la centrale hydroélectrique Gitchi Animki est détenue à 50 % par la communauté ojibwée de Pic Mobert. L’usine de 200 millions de dollars a été construite en partenariat avec la compagnie privée Regional Power Incorporated.

Depuis 2016, le projet de 18,9 MW, qui comprend deux centrales sur la rivière White, alimente le réseau électrique de l’Ontario.

Outre les emplois créés lors de la construction, l’usine doit générer des revenus pour la communauté, selon l’ancien chef de Pic Mobert, Wayne Sabourin, qui a participé au démarrage et à la construction de l’usine.

Le chef de la Première Nation Rainy River en Ontario, Jim Leonard, cité dans le rapport, estime que « le solaire est en train de créer un nouvel avenir plus stable sur le plan social et économique » pour son peuple.

Des lacunes dans plusieurs provinces

Cependant, les projets d’énergie propre ne sont pas toujours facilement accessibles aux nombreuses petites communautés qui manquent de formation et de savoir-faire pour les lancer.

La carte ci-dessus montre l’emplacement des projets solaires, éoliens, hydroélectriques et bioénergétiques. Plus de la moitié des projets autochtones d’énergie propre en exploitation sont en Colombie-Britannique, un quart en Ontario et 10 % au Québec.

Source : Radio Canada – Espaces autochtones

Partager.

Répondre