Si Internet était un pays, ce serait le sixième consommateur d’énergie et le septième émetteur de CO2

0

Envoyer un mail représente la consommation d’une ampoule pendant 24 heures. Regarder une vidéo sur son smartphone celle d’un frigidaire pendant un an. Ces chiffres, très peu connus du grand public, montrent le poids environnemental du secteur numérique. S’il était un pays, il représenterait le sixième consommateur d’énergie sur la planète.

Il suffit d’un clic. Un petit clic pour envoyer un mail, un autre pour lancer une vidéo. Un geste anodin, mais qui participe pourtant au réchauffement climatique. À tel point que Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire prépare un guide à destination du grand public pour orienter les internautes vers une navigation plus responsable, affirme Europe 1.

Le secteur du numérique aussi polluant que l’aviation

Le numérique représente 2 % des émissions de gaz à effet de serre, juste un peu moins que l’Allemagne, mais un peu plus que le Canada. S’il était un pays, il serait le sixième plus gros consommateur d’énergie. Selon les experts, d’ici 2019, le secteur devrait même dépasser les émissions de l’aviation. « Ce qui est certain, c’est que le numérique n’a rien d’immatériel ! Et que ses impacts environnementaux sont bien réels », écrit l’Ademe, Agence française de l’environnement dans un rapport sur la face cachée du numérique.

Lire la suite

Source : Novethic, Auteure : Marina Fabre

Crédit photo : Pixabay

Partager.

Répondre