Europe: les agriculteurs bio peuvent enfin vendre leurs semences paysannes

0

Fini le monopole des gros groupes sur l’agriculture. En tout cas, sur la bio. Les eurodéputés viennent d’autoriser les agriculteurs bio à vendre leurs propres semences. Jusqu’ici, seules celles enregistrées dans un cahier officiel pouvaient être vendues. Or, elles sont en majorité détenues par des multinationales comme Monsanto. Résultat : 75 % des aliments de la planète proviennent de seulement 12 espèces végétales et cinq animales.

Les députés européens ont adopté, jeudi 19 avril, un nouveau règlement sur l’agriculture bio. Une des mesures autorise la « reproduction végétale de matériel hétérogène biologique ». Cette formule technique et nébuleuse signe la fin de « la mainmise des grands groupes semenciers », estime l’eurodéputé José Bové. « Elle va permettre la commercialisation de semences traditionnelles et encourager les paysans bios à réutiliser leurs propres semences ».

75 % des aliments proviennent de 12 espèces végétales

Concrètement, les eurodéputés viennent d’autoriser les agriculteurs bio à vendre les semences paysannes, c’est-à-dire celles qui ne sont pas enregistrées dans le cahier officiel des espèces. Jusqu’ici, pour être commercialisées, toutes les semences devaient y être inscrites. Pour ajouter une variété de céréales par exemple, il faut compter entre 6 000 et 15 000 euros, un coût trop élevé pour un agriculteur.

Par ailleurs, des critères de sélection excluaient d’office les semences paysannes. « Le cahier officiel des espèces demande des critères d’homogénéité et de productivité. Or, les semences que les paysans utilisent depuis des milliers d’années ne sont pas toutes les mêmes. C’est justement leur atout, elles sont capables de s’adapter aux changements climatiques », explique le président du Réseau semences paysannes, Patrick de Kochko.

Lire la suite

Source : Novethic, Auteure : Marina Fabre

Crédit photo : Trilok Rangan sur Flickr

Partager.

Répondre